28/03/2007

Gochenée: le tilleul de Notre-Dame.

gochenéegochenée trouvailles

 

Situé au nord-ouest du village, au lieu-dit "pré Diamont", le long d'un chemin descendant vers les versants boisés de la vallée de l'Hermeton, le tilleul Notre-Dame a longtemps abrité une petite chapelle accroché à son tronc et qui contenait une statue de la Vierge, régulièrement renouvelée depuis les guerre Napoléoniennes où on venait y prier.

En 1956, le bourgmestre de Gochenée et Messieurs les juges Balon et Gilbert intervinrent pour essayer de la préserver. Plusieurs fois centenaire, ce tilleul avait 4 mètres de diamètre à 1,50 mètre du sol. L'arbre était alors en bon état sanitaire bien que fendu aux premières grosses branches.

Lors de l'étude pour la construction de barrages dans le sud de notre pays, le projet qui fut envisagé dans la vallée de l'Hermeton devait faire passer une route à proximité de cet arbre vénérable.

Deux grosses chaînes furent placées à 4 à 5 mètres de hauteur par la commune en 1966 afin de préserver et de soutenir les branches. Malheureusement, dans les années qui suivirent, le tilleul fut frappé par la foudre et, abandonné de tous, il est aujourd'hui dans un bien triste état.

16:30 Écrit par Lucky Skywalker dans Gochenée | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : trouvaille, arbre, napoleon, potale |  Facebook |

22/11/2006

Franchimont: la châsse de St Hadelin à Visé

franchimontfranchimont trouvailles

 

RD_BALLDescription de la châsse.

La châsse de St Hadelin, conservée en la collégiale de Visé, est probablement la plus ancienne châsse conservée de la région mosane puisqu'elle date du XIIe siècle. Elle est composée d'une âme en bois verni, d'une longueur totale de 1,50m, recouverte d'argent repoussé et de bronze fondu. Les reliefs des pignons de cette châsse, leurs cadres et leurs inscriptions, proviennent d'ailleurs d'une châsse plus ancienne, c'est-à-dire du XIe siècle, et ont été réutilisés. L'un de ces pignons représente le Christ foulant l'aspic et le basilic et l'autre le Sauveur couronnant saint Hadelin et saint Remacle.

CH_SSE

La châsse de saint Hadelin (XIIe siècle) conservée en la collégiale de Visé: côté gauche représentant le miracle de la source de Franchimont, la guérison d'une femme muette, la résurrection de Guiza et les funérailles de saint Hadelin.

Les côtés de la châsse sont décorés de huit panneaux qui représentent des épisodes de la vie de saint Hadelin, expliqués par une inscription qui figure sur le cadre de chacune des scènes.

Côté droit
PUNAISE_ROUGE
 le songe de saint Hadelin,
 
PUNAISE_ROUGE
 Hadelin reçoit des visiteurs,
 
PUNAISE_ROUGE
 la visite du roi Pépin à Celles,
 
PUNAISE_ROUGE
 la visite de saint Hadelin à saint Remacle à Stavelot.
Côté gauche
PUNAISE_ROUGE
 le miracle de la source de Franchimont, dénommée Fontaine Saint-Hadelin
 
PUNAISE_ROUGE
 la guérison d'une femme muette
 
PUNAISE_ROUGE
 la résurrection de Guiza
 
PUNAISE_ROUGE
 les funérailles de saint Hadelin

Quatre de ces panneaux, dont celui représentant le miracle de la Fontaine Saint-Hadelin de Franchimont, sont l'oeuvre d'un artiste de talent influencé par le style de Renier de Huy: disposition aérée des personnages et représentation vivante et nerveuse. Deux des autres reliefs sont dus à un autre orfèvre dont le style est plus austère, les deux dernières étant d'un style artistique nettement inférieur et encore influencé par le XIe siècle.

RD_BALLHistoire de la châsse.

La châsse contenant les précieux restes de saint Hadelin, mort en 690, était conservée dans la collégiale de Celles qu'il avait fondée. Elle quitta ce lieu dans la première moitié du XIVè siècle lorsque le chapitre fut transféré à Visé.

Lors de son transfert, les chanoines déposèrent la châsse dans l'église cathédrale Saint-Lambert à Liège où elle fut visitée par l'évêque Adolphe de la Marck. Le corps du saint était alors en parfait état encore entier, à l'exception d'un bras qui avait été transporté à l'abbaye de Stavelot. Le 11 octobre 1338, la châsse fut transportée et déposée dans l'église paroissiale de Visé.

Une seconde visite de la châsse fut réalisée par le chapitre de Visé le 26 octobre 1413. La tête du saint fut alors retirée et enchâssée dans un buste particulier.

Le 26 novembre 1467, la châsse de saint Hadelin fut transportée dans la forteresse d'Argenteau par les chanoines de Visé afin de la soustraire à la rapacité du duc de Bourgogne, Charles le Téméraire, alors en guerre contre les Liégeois. Après la prise du château-fort, le duc fit transporter le reliquaire à Liège, dans l'église des Dominicains (église des frères pêcheurs).

Guy de Humbercourt, gouverneur de Liège, fit rouvrir la châsse pour y soustraire quelques morceaux de vêtement et l'os de l'avant-bras. Ces reliques furent déposées à la cathédrale Saint-Lambert et au couvent des Dominicains et la châsse rendue aux chanoines de Visé.

En 1675, lors du démantèlement des fortifications visétoises par la garnison de Maastricht, les chanoines se réfugièrent à Liège et déposèrent les reliques de saint Hadelin en l'église Saint-Barthélemy.

La châsse retourna ensuite à Visé pour revenir une quatrième fois à Liège afin que le chapitre de la cathédrale Saint-Lambert puisse y soustraire quelques reliques à l'intention de l'abbé d'Orval qui réédifiait le monastère de Cugnon, fondé autrefois par saint Hadelin.

En 1794, lors de l'occupation française, les ossements contenus dans la châsse furent cachés par le chanoine du chapitre de Visé. Ils y furent replacés en 1804 après le rétablissement du culte. La dernière visite de la châsse a eu lieu le 7 septembre 1845 par le vicaire-général du diocèse.

22:00 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : trouvaille, saint, objet de culte |  Facebook |