06/12/2007

Hermeton-sur-Meuse: dispositif portuaire

Octobre 1998: l'opération "Meusasec" met à jour des vestiges portuaires à Hermeton-sur-Meuse.

Durant trois semaines du mois d'octobre 1998, la haute Meuse a été mise en chômage afin de réaliser différentes interventions dans les réparations aux berges et barrages. Si la baisse volontaire du niveau de l'eau a permis de réparer les ouvrages d'art, elle a aussi donné lieu à une vaste opération achéologique baptisée "Meusasec". Cette opération a réunit pendant dix jours les services archéologiques de la Région wallonne, le Centre de Recherches Archéologiques Fluviales (CRAF), le Ministère de l'Equipement et des Transports, les communes, des entreprises et des bénévoles.

Cette opération a permis de mettre a jour, près de l'église d'Hastière, ce qui semble être un dispositif portuaire: murs destinés à retenir les crues, rampe d'accès menant à un embarcadère et chemin vers le monastère. L'examen des 90 km des deux rives entre le barrage de La Plante et la frontière française a révélé des dizaines de sites: traces d'un pont du XVIIe siècle à Dinant, construction en pierre posant sur un radier pouvant appartenir au couvent des Augustins à Bouvignes et des amorces de gués et une batte à Hermeton-sur-Meuse.

18:15 Écrit par Lucky Skywalker dans Hermeton-sur-Meuse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : archeologie, port, quai, gue, batte |  Facebook |

05/12/2007

Hermeton-sur-Meuse: deux tombes romaines

Août 1928: découverte de deux tombes romaines à incinération au centre du village. 

La découverte de tombes romaines à Hermeton-sur-Meuse permet d'affirmer que le village était occupé dès cette époque.

C'est à l'extrémité du "verger de la Croix Blanche", enserré par des chemins menant à l'école, l'église et le haut du village, à proximité de la route d'Hastière à Givet et presque en face du passage à niveau de la voie ferrée, qu'on a mis à jour, lors du creusement des fondations d'une cave, en août 1929, deux tombes à incinération romaines datant du IIe siècle. Le contenu des sépultures fut malheureusement dispersé par les ouvriers et on n'a pu recueillir que quelques fragments de poterie.

La première tombe consistait en un coffre en dalles de calcaire brut, enfoui à 50 cm. de profondeur environ. Il enfermait:

  • une cruche en terre blanche,
  • deux urnes grises aux bords galonnés de noir brillant,
  • deux ou trois écuelles de terre grise.

La seconde tombe, située à environ cinq mètres de la première, n'était pas encadrée de pierres. Elle contenait:

  • les débris d'une grande urne à stries
  • plusieurs écuelles de terre grise,
  • des esquilles d'os,
  • des morceaux de fer,
  • un petit fragment de bronze tordu, vestige d'un bracelet ou arc de fibule.

A proximité de la première tombe, à 1,50 mètre de profondeur, on remarquait une bande d'argile cuite et au-dessus, à 50 cm, un liseré de charbon de bois. On a également ramassé sur le terrain deux grands fragments de tuile à rebord qui ont peut-être encadré un tombe qui aurait été bouleversée précédemment par la construction d'une petite écurie voisine.

Les poteries découvertes à Hermeton-sur-Meuse sont très semblables à celles mises à jour en grand nombre dans l'important cimetière de Flavion, commune distante de quelques kilomètres. La simplicité de ces céramiques témoigne de l'humble condition des habitants d'Hermeton vers le milieu du IIe siècle.

18:15 Écrit par Lucky Skywalker dans Hermeton-sur-Meuse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : archeologie, tombes |  Facebook |

25/02/2007

Gimnée: les vestiges d'une villa romaine.

 
gimnéegimnée archéologie

 

templeroseLes vestiges d'une villa ayant appartenu à un certain Geminius ont été mis à jour à l'emplacement de l'actuelle ferme du Blocus. Ce Geminius aurait donné son nom au village.

Une chaussée romaine (diverticulum) passait devant cette villa et traversait le village (Tienne de Matagne, rue Jonguie, rue du Blocus, rue d'Aremberg) en direction de Dourbes et de la Roche à Lhomme.

Situé au sud de la crête de Mariembourg à Givet, ce vieux chemin, qui voisinait avec le Rond Tienne, devait déjà être utilisé avant l'époque romaine. Ce diverticulum reliait la région à la voie Tongres-Reims.

Le village devait déjà constituer une petite agglomération dont on a retrouvé des débris de tuiles et de poteries. Il y a lieu de noter que le coeur du village initial s'est implanté le long de la chaussée romaine à l'endroit où celle-ci traverse une partie du cour souterrain du Faux Ri d'Entre-Deux-Bois qui resurgit un peu plus au Nord de l'agglomération actuelle.

12:45 Écrit par Lucky Skywalker dans Gimnée | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : archeologie, villa romaine |  Facebook |

Gimnée: préhistoire.

gimnéegimnée archéologie
 

hom_prehisto_grd

Les fouilles archéologiques pratiquées au Trou du Diable en 1904 mettent en évidence l'occupation du site vers - 8.000 avant J.C.

12:15 Écrit par Lucky Skywalker dans Gimnée | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : archeologie, prehistoire |  Facebook |

17/11/2006

Franchimont: le Tombois.

franchimontfranchimont archéologie
 

Le cimetière du Tombois se situait au coeur du village actuel, à l'emplacement de la place du Tombois. Les vestiges des tombes découvertes au XIXè siècle ne sont plus visibles aujourd'hui car elles ont été recouverte par la voirie actuelle.

L'une des tombes de ce cimetière appartenait à un homme libre et contenait son armement complet ainsi qu'une balance destinée à peser des espèces précieuses lors des transactions: le possesseur de cette balance devait occuper la fonction de comptable ou de gérant d'un domaine.

Ce cimetière est surtout connu pour sa tombe n°113 qui contenait un triple gobelet constituant un objet assez curieux.

RD_BALL Un objet curieux provenant du cimetière du Tombois à Franchimont.

triple_gobelet

Le triple gobelet de la tombe 113 au Tombois.

La tombe n°113 du Tombois a livré un vase en poterie noire, de 10 cm de haut et 9 cm de diamètre à l'ouverture dont les deux tuyaux perforés, situés à la base, a longuement intrigué les chercheurs. La forme, la pâte et la teinte de ce gobelet sont tout à fait typiques des vases mérovingiens de la fin du VIè et surtout du VIIè siècle.

En se basant sur les modèles de vases communicants qui existaient à l'époque romaine, les archéologues ont pu déterminer que ce vase à boire faisait partie d'un ensemble de trois gobelets répartis à égale distance sur un même cercle formé par une sorte de roue creuse en terre cuite.

Cet ensemble constitue donc une curiosité de la céramique mérovingienne dont la fonction reste assez difficile à déterminer. Les hypothèses de vases à fleur et de luminaires ont été rejetées de même que celle d'objet rituel car de telles trouvailles n'ont jamais été faites dans les lieux de culte. On se contentera donc d'y voir un vase propre à célébrer la solidarité religieuse, professionnelle ou privée de ceux qui y buvaient: le sentiment symbolique d'union de cet ensemble est renforcé par la forme circulaire de son conduit qui répartit équitablement la boisson dont le niveau reste constant dans chacun des gobelets. Le chiffre trois est à rapprocher des pointes de flèches que l'on retrouve fréquemment par trois dans les tombes. Le chiffre trois a, à l'époque mérovingienne, une valeur mystique liée à la répétition d'intensité symbolisant la puissance surnaturelle.

La présence de l'un de ces gobelets brisé dans une tombe inviolée suggère un bris intentionnel de l'objet, symbolisant la rupture de la solidarité, conséquence de la mort de celui qui l'emporta dans sa tombe.

19:59 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : merovingien, archeologie, necropole |  Facebook |

Franchimont: la Colline du Tombeau.

franchimontfranchimont archéologie
 
plan_monum_fun

Le monument funéraire de la Colline du Tombeau.

La Colline du Tombeau se situe sur un terrain à faible pente vers le sud, situé à environ 1km au nord du village et séparé de celui-ci par la Chinelle. Le site, aujourd'hui réserve naturelle, se trouve à une altitude de 250m, le long d'un ancien chemin de Villers-le-Gambon à Lotenne dans lequel certains voient une ancienne chaussée romaine conduisant du plateau de Philippeville vers la vallée de la Meuse.

Les fouilles ont mis à jour un petit édifice rectangulaire maçonné ainsi que 171 tombes, taillées dans la roche et dont quelques unes sont garnies d'un caisson de pierre sèche.

La nécropole de la Colline du Tombeau fut édifié vers la fin du VIè siècle comme le prouve les parures féminines d'or de la tombe 26.

Parmi les objets principaux découverts dans les tombes, on peut citer:

PUNAISE_ROUGE
bouteille de couleur vert olive
PUNAISE_ROUGE
collier de 94 perles
PUNAISE_ROUGE
médaillon de bronze gravé d'une croix
PUNAISE_ROUGE
bossettes de fixation en bronze doré agrémentées de rayons, symboles solaires incontestables
PUNAISE_ROUGE
plaque-boucle de ceinture en fer damasquiné, agrémentée d'incrustations de filets d'argent et d'un motif de vannerie à brins obliques
PUNAISE_ROUGE
couteaux
PUNAISE_ROUGE
scramasaxes (coutelas ou sabres courts à dos droit, de longueur variable)
PUNAISE_ROUGE
vases biconiques en terre grise à couverture noire
PUNAISE_ROUGE
peigne rectangulaire à deux côtés
PUNAISE_ROUGE
pointes de flèches

Voir aussi dans "Documents": Une nécropole sortie de sa réserve.

19:54 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : necropole, merovingien, archeologie |  Facebook |

Franchimont: les nécropoles mérovingiennes

franchimontfranchimont archéologie

 

RD_BALL 320 tombes découvertes au XIXè siècle.

En 1877 et 1878, la Société archéologique de Namur fouille les deux nécropoles mérovingiennes du "Tombois" et de la "Colline du Tombeau" et met à jour de nombreuses tombes mérovingiennes réparties dans les deux cimetières: un peu plus de deux cents tombes dans le cimetière du Tombois et environ cent vingt tombes dans celui de la Colline du Tombeau.

RD_BALL Un monument funéraire chrétien.

tombe

Tombe du cimetière de la Colline du Tombeau avec ses parois et son couvercle en pierre.

Sur chacun des sites, ont également été mises à jour les fondations d'un petit monument rectangulaire interprété à l'époque comme une chapelle "élevée par les francs chrétiens sur les tombes de leurs frères païens". Il s'agissait en fait, plus vraisemblablement, de monuments funéraires destinés à recevoir les corps des chefs locaux. Ces chefs étaient d'ailleurs déjà christianisés puisque les fouilles des tombes ont mis à jour des pièces archéologiques des VIè et  VIIè siècles portant indiscutablement des symboles chrétiens (petite croix pattée en plomb et triple terminaison de la chaînette en forme de croix en bronze). 

RD_BALL Population et activités économiques.

L'orientation de la plupart des tombes dans l'axe nord-sud, tête au nord, coutume relativement fréquente en Namurois, témoigne de coutumes funéraires typiquement germaniques qui sont confirmées par la présence de foyers circulaires à offrandes rituelles et par la décoration rouges des parois de certaines tombes.

Ces populations axaient leurs activités sur la culture en friche tout en conservant des activités militaires qui sont prouvées par le nombre d'armes retrouvées dans les tombes. Ils développèrent également l'élevage et l'artisanat local.

La population locale, de base gallo-romaine, fut peu à peu assimilée à la population germanique qui était propriétaire et gestionnaire des terres. C'est ainsi qu'on les retrouve inhumés à côté de leur maître, à la fois sans doute par honneur autant qu'obligation.

La présence des vestiges d'un monument funéraire témoigne de la présence de familles dirigeantes et d'une aisance matérielle appréciable. Les tombes sans mobilier voisines du monument funéraire caractérisent probablement des inhumations d'ouvriers agricoles qui, ayant adoptés les rites religieux et funéraires de leurs maîtres, eurent le privilège d'être ensevelis à leurs côtés.

monument_funeraire

Monument funéraire du cimetière de la Colline du Tombeau.

Le mobilier funéraire produit localement apporte la preuve que le domaine pourvoyait à ses besoins en équipements, ustensiles, objets utilitaires, nourriture et vêtements par une exploitation de tous les secteurs productifs. Une partie importante de la pyrite extraite sur place permettait des échanges avec le bassin de la Meuse et le nord de la Gaule et l'importation de damasquinures produites par des artisans itinérants, des plaques et boucles de bronze, appliques, accessoires, rouelles, chaînettes, verreries, fibules et céramiques.

La présence des deux nécropoles, séparées seulement par la vallée de la Chinelle, laisse supposer la présence de deux clans familiaux exploitant le même domaine et qui gardaient sans doute chacun jalousement leurs prérogatives.

RD_BALL Objets mis à jour.

Parmi les objets les plus intéressants recueillis lors des premières fouilles de 1877-1878, on peut remarquer:

 
croix_plomb
PUNAISE_ROUGE

Croix pattée: une croix pattée, en plomb, à branches égales, de forme primitive, qui succéda au chrisme ou monogramme de Christ que Constantin avait fait tracer sur son étendard,
 
bagues
PUNAISE_ROUGE

Bagues: des bagues sigillaires qui portent sur leur chaton un monogramme surmonté d'une croix,
 
croix_chatelaine
PUNAISE_ROUGE

Croix en bronze: un très curieux objet en métal qui était fixé à la ceinture d'une femme à l'aide d'une lanière; les trois chaînettes qui en font partie sont terminées par des petites croix en bronze remplaçant des amulettes païennes,
 
broche
PUNAISE_ROUGE

Broche circulaire: une broche circulaire en or sur laquelle un orfèvre a tenté de représenter une monnaie byzantine de la première moitié du VIIIè siècle; on y distingue parfaitement la croix surmontant le globe, image de la puissance impériale.

Photos: LD - Croquis: Pro Antiqua.

Voir aussi dans "Documents": Une nécropole sortie de sa réserve.

19:35 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : merovingien, necropole, archeologie |  Facebook |