30/03/2007

Gochenée: vie de saint Géry.

gochenéegochenée traditions
 
 
Saint Géry, dénommé en latin Gaugerius, est né de parents romains à Eposium, c'est-à-dire Yvois, aujourd'hui dénommé Cariman, dans les Ardennes.

Jeune homme, il pratiquait le jeûne, était toujours le premier à l'église, se signalait par sa charité envers les pauvres auxquels il distribuait sa nourriture et par son intérêt pour les saintes écritures. L'évêque de Trèves, Magnericus,   remarqua sa conduite exemplaire et l'engagea dans la cléricature puis l'ordonna diacre dès qu'il connut le psautier par coeur.


Img00000~1
Lorsque l'évêché de Cambrai devint vacant, Géry y fut installé vers 585 et 587 avec l'accord du roi Childebert II. Pendant 40 ans, il remplit tous les devoirs d'un évêque de ce temps, c'est-à-dire détruire les idoles païennes et bâtir des églises. L'histoire retient surtout son soucis pour les prisonniers et les serfs qu'ils essayait de libérer par des démarches longues et parfois onéreuses ainsi que pour son assistance aux pauvres.

Géry mourut le 11 août entre 623 et 626. Il fut inhumé dans l'église Saint-Médard qu'il avait fait construire au centre de la ville épiscopale de Cambrai.


EGLISE_AUTELDaSaint Géry sur l'autel latéral droit de l'église de Gochenée.


C'est surtout dans le Hainaut que saint Géry est vénéré: il y a laissé 22 églises placées sous son patronnage ainsi qu'un village qui porte son nom, dans le Brabant. Dans la province de Namur, l'église de Gochenée lui est dédiée. Il est également invoqué à Roucourt qui possèd eun buste religieux de 1711 et à Brasmenil où un tableau le représente baptisant un lépreux.

Saint Géry est souvent représenté en évêque, avec parfois un dragon à ses pieds. Il est invoqué contre les "troubles des humeurs", les maladies infectieuses dont la fièvre aphteuse et les maux de dents.

16:30 Écrit par Lucky Skywalker dans Gochenée | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tradition, saint |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.