25/03/2007

Gochenée: chronologie.

gochenéegochenée histoire
 

Préhistoire.

   
    
Epoque romaine.  Occupation de la localité à l'époque romaine (découverte de pièces de monnaies)
    
VIIe S.   
    
VIIIe S.  A l'époque mérovingienne qui nous a laissé des sépultures à inhumation, le village se forme autour de la villa des Godsingen.
    
IXe S.   
   
Xe S.   
   
XIe S.   
    
XIIe S.   
    
XIIIe S. 1224Hawide, épouse de Théodore de l'Ile, donne au prieuré d'Hastière une terre qui se trouve à Gochenée. L'abbaye de Brogne s'en réserve le cens.
  1245Des rivalités éclatent entre l'abbaye de Florennes et d'Hastière au sujet de la dîme de Gochenée.
  1265Une sentence arbitrale règle le conflit intervenu vingt ans plus tôt entre l'abbaye de Florennes et celle d'Hastière. Gochenée est désigné comme faisant partie des terres de l'abbaye de Florennes et donc de la principauté de Liège, le comte de Namur y gardant néanmoins certains droits.
  1289Le comte de comte de Namur a les droits de "taille, mortemain et formorture, commands et corvées" sur ses hommes en Gosignées.
XIVe S.   
    
XVe S.   
    
XVIe S. Au début du XVIe siècle, les habitants de la localité payent les droits d'avouerie au comte d'Agimont.
  Vers le milieu du XVIe siècle, le premier seigneur connu de Gochenée est Thibaut de Bourlers, seigneur de Virelles.
Gochenée relève de la cour féodale de Hierges et son échevinage suit la coutume de Liège.
  1555Gochenée est compris dans la liste des dépendances de la seigneurie d'Agimont. Avec l'accord du Prince-Evêque de Liège, Gochenée est vendu à Charles Quint en même temps qu'Agimont, vendu par son seigneur le comte de Stolberg-Königstein. Par l'acquisition d'Agimont, Charles Quint souhaitait devenir surtout propriétaire de Charlemont où il souhaitait construire une forteresse. Le prince-évêque de Liège souhaitait obtenir des compensations pour l'abandon de ses droits de souveraineté sur ces terres, mais il ne les reçut jamais.
 1577Le 17 octobre 1577, les garnisons de Mariembourg, Philippeville et Charlemont mettent à sac le village. Quelques années plus tard, il sera à nouveau dévasté par la châtellenie de Couvin.
XVIIe S. Aux XVIIe et XVIII siècles, la seigneurie de Gochenée appartient aux Jacquier de Rosée, famille de maîtres de forges, dont la juridiction s'étendait également au village de Soulme. La cure était à la collation de l'abbaye de Florennes.
  1669Par le Traité des Limites, l'Espagne cède Gochenée à la France et ce malgré les protestations du prince-évêque de Liège.
  1697Lors du Traité de Ryswick, le 20 septembre 1697, Gochenée devient une localité dépendant de Charlemont (Givet), avec notamment Romerée, Hermeton-sur-Meuse, Waulsort et Hastière. Ce traité sera confirmé par la Convention de Lille en 1699.
  A la fin du XVIIe siècle, le dénombrement du Gouvernement de Charlemont (Givet) compte 52 feux à Gochenée.
XVIIIe S. 1730Construction de l'église dédiée à saint Géry.
  1772Suite au Traité de Versailles, la seigneurie de Gochenée revient de nouveau à la Principauté de Liège pour une courte période, c'est-à-dire jusqu'à la Révolution.
  1779Un règlement de bourgeoise de la commune de Gochenée daté du 14 octobre 1779 et établi par le prince-évêque de Liège confirme et précise les règlements antérieurs de 1664, 1734 et 1774.
  Accompagné de son frère Joseph-Julien et d'une bande de dragons, François Delecolle, surnommé le "Tyran de Givet",   s'adonne au brigandage et dévaste les villages de Willerzies, de Hargnies, d'Hermeton, d'Agimont, de Soulme, de Gochenée et de Vodecée.
  1793Gochenée est rattaché au département des Ardennes.
  1795Lors du procès de Delecolle, un officier municipal givetois déclare que celui-ci a volé des meubles et de l'argenterie à des particuliers d'Agimont, Hermeton, Gochenée, Vodecée et Soulme.
XIXe S. 1815Sous Guillaume d'Orange, Gochenée fait partie de la province de Namur.
    
 XXe S. 1914Les gros obus des canons allemands tirant des hauteurs de Gochenée et de Vodecée bombardent la ville de Givet et détruisent la caserne Rougé ainsi que le minuscule village de Charlemont composé d'une église, d'une caserne et de quelques maisons.
   

16:30 Écrit par Lucky Skywalker dans Gochenée | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : histoire |  Facebook |

Commentaires

Quelques commentaires sur l'histoire de Gochenée et ou de l'Entre-Sambre et Meuse méridionale.
Ces points portent sur l’annexion par la France (Louis XIV) et les différentes guerres de la succession d’Espagne et guerre de dévolution.
Au traité de Nimègue 1678 (signature 17-09-1678), l’Espagne cède au despote français (Roi des plus belliqueux que la France ait eu, avec le sanguinaire Napoléon I empereur auto-proclamé des français) la forteresse de Charlemont (sans ses dépendances) contre la forteresse de Dinant et la ville. Cette cession devait se faire sur un an. Après de nombreuses tractations, les français prirent possessions de la forteresse en 1680. Souffrant d’un grave handicap, la forteresse était isolée par les territoires espagnols. Mr de Louvois et autre (Faultrier) étudièrent les moyens d’annexer les terres avoisinantes. Les français procédèrent à des annexions usurpatoires du comté d’Agimont qui avait été acheté par Charles V pour l’édification de la forteresse de Charlemont. Ce n’est qu’au traité de Rijswick et avec le traité annexe de Lille 1699 que le comté d’Agimont fut scindé en territoire français et espagnols.
Donc le village de Gochenée fut français de 1680 jusqu’au traité des limites de 1772 (entre le Roi Louis XV et le prince évêque de Liège).
Autre point en 1795 l’invasion des sanguinaires républicains français, Gochenée est compris dans le département de Sambre et Meuse et non pas celui des Ardennes.
En 1814, traité de Versailles signé par Louis XVIII, Gochenée passe effectivement à la préfecture des Ardennes. Mais ce n’est que pour peu de temps, car la défaite de Waterloo et le traité de Vienne replace la France dans ces limites de 1792. ET donc Gochenée est placée définitivement sous l’autorité de la province de Namur.

Espérant de ces quelques lignes pourront amendés votre historique des villages du val d’Hermeton

Écrit par : brasseur Jean-Pierre | 20/04/2012

Les commentaires sont fermés.