26/11/2006

Franchimont: balade autour du village.

franchimontfranchimont balades
 
 
balade_franchimont

Cette promenade de 7,5 km peut être réduite à 4 km si vous vous contentez de parcourir la vallée de la Chinelle et la campagne de Grande Couture (points 1 à 8). Elle peut être faite à pieds (même avec une voiture d'enfant) ou à vélo. Tous les chemins sont macadamisés et ne présentent donc aucune difficulté, à l'exception de l'escapade vers le site de la Colline du Tombeau (point 5) qui nécessite un passage à gué et le parcourt d'un chemin empierré.

Partez donc à la découverte des charmes campagnard de la vallée du ruisseau de la Chinelle, de la campagne de la Grande Couture, du patrimoine de Franchimont, de ses moulins et de ses chapelles, ainsi que du promontoire sur lequel se dressait jadis l'église et le coeur initial du village.

Cliquez sur la carte ci-dessous pour accéder l'itinéraire de la balade sur Wayfaring Map.

01Eglise Saint-Martin.
 

EGLISE_PORTAILLe dos au portail de l’église Saint-Martin, prendre vers la droite et descendre la rue des Tanneurs vers le cimetière.

 
02Fontaine Saint-Hadelin.
 

FONT_ST_HADELIN01Face au cimetière, la rue des tanneurs s’incurve vers la gauche et passe en face de la fontaine Saint-Hadelin.

 
03Tienne des Geneaux.
 

On continue à descendre la rue qui s'incurve vers la droite en longeant le Tienne des Geneaux. On atteint la vallée de la Chinelle que l'on va suivre en tournant vers la gauche.

 

MOULIN_BARRAGE01

 

 
04Soulwé.
 

On longe toute la vallée champêtre de la Chinelle en restant sur la même rive et en ignorant la route qui traverse la rivière sur la droite en direction de Lautène. On arrive ainsi au lieu-dit Soulwé, là où la route quitte la vallée en remontant vers la gauche.

 
05La Colline du Tombeau.
 

053a tombes mérovingiennesAvant de remonter par cette route, on pourra éventuellement passer la Chinelle à gué (le ruisseau peut facilement être enjambé) pour pousser une pointe jusqu'à la Colline du Tombeau, l'un des deux sites où ont été mises à jour des nécropoles mérovingiennes. Après avoir passé le gué, le chemin empierré s'incurve vers la gauche en montant. Dans les prairies sur la droite ont été mis au jour les vestiges d'une ancienne voie romaine, invisible aujourd'hui. Le chemin longe ensuite une réserve naturelle située sur la droite. Au sommet de la colline, quitter le chemin pour pénétrer sur la droite dans cette réserve naturelle constituée d'une vaste pelouse calcaire protégée. Dans cette pelouse sont encore visible les vestige d'un marchet, d'un petit monument funéraire et de différentes tombes. Le site est malheureusement peu entretenu et les vestiges sont assez difficiles à repérer, mais les plantes de la pelouse calcaire sont aussi dignes d'intérêt.
Après cette visite, redescendre le chemin empierré et repasser la Chinelle à gué (point 4) avant de remonter tout droit perpendiculairement à la vallée.

 
06Grande Couture.
 

Le chemin arrive sur le plateau, traverse les campagnes de la Grande Couture et passe à proximité d'une ferme. A l'embranchement suivant, tourner à gauche.

 
07Le tilleul du Tombois.
 

TILLEUL_R_DE_LAUTENNEUn peu plus loin, on atteint un autre embranchement et on prend une nouvelle fois à gauche en direction du village dont l'entrée est marquée par le tilleul du Tombois. 

 
08Le Tombois.
 

CHAPELLE_TOMBOISA hauteur de cet arbre, on oblique un peu vers la droite pour atteindre la Place du Tombois sous laquelle a été fouillée la seconde des nécropoles mérovingiennes. Une petite chapelle se trouve à l'extrémité de la place. Au dessus de la porte, un Christ bénissant est surmonté d'un millésime et des initiales du constructeur:

 

G.G.
1866

 

A l'intérieur, on pourra remarquer une statue de Notre-Dame de la Salette et une autre de saint Roch. L'autel et le prie-dieu sont en bois verni.
Si vous souhaitez interrompre ici votre promenade, vous pouvez regagner l'église en traversant le village par la rue des Tanneurs.

 
09La Potale Sainte-Anne.
 

POTALEOn poursuit tout droit le long de la chapelle et au carrefour suivant, on prend vers la droite en direction de Villers-le-Gambon pour atteindre un groupe d'arbres imposants sous lesquels se dissimule une potale dédiée Sainte-Anne. Cette potale est située sous le "Tilleul Ste-Anne" (Tilleul à grandes feuilles - Tilia Platyphyllos Scop.) et porte l'inscription suivante:

 

STE ANNE
PROTEGEZ-NOUS
DON DE ...
RECONNAISSANCE
1920

 

On revient alors sur ses pas jusqu'au carrefour où on continue tout droit.

 
10Le Mont Coliat.
 

MAISON01La rue Principale traverse toute une partie du village. Au bout de cette rue, on empruntera la rue du Mont de Coliat qui fait le tour du promontoire sur lequel était édifiée l'ancienne église du village, aujourd'hui disparue. De ce promontoire, on a une belle vue sur la vallée de la Chinelle.

 
11Rue de la Chinelle.
 

Au bout de la rue du Mont de Coliat, tourner à gauche et redescendre la rue de la Chinelle jusqu'à la vallée que l'on suit sur la droite.

 
12Le Moulin de la Chinelle.
 

MOULINOn longe bientôt à gauche le bief et le barrage du moulin. L'ancien moulin de la Chinelle se trouve un peu plus loin sur la gauche de la route. La roue qui se trouvait sur son pignon, au bord de la route, a malheureusement disparu.

 
13La Grotte de Notre-Dame de Lourdes.
 

CHAPNDLOURDES03Un peu plus loin à gauche, au pied d'une arête rocheuse, a été aménagée une grotte artificielle dédiée à Notre-Dame de Lourdes.

 

 

Une inscription date la grotte:

 

N-D DE LOURDES
PROTEGEZ LA PAROISSE
BENIE LE 30.8.1931

 

Le site est bien aménagé et invite au repos. Un sentier empierré grimpe à gauche en longeant l'arête rocheuse parsemée de fissures moussues et ornée de croix en bois figurant les stations de la Passion du Christ. Au sommet, un beau calvaire se dresse au milieu du bois.

 
14Le Moulin de la Scierie.
 

MOULIN1763_02Après être redescendu du Calvaire, on emprunte la route sur la gauche et on poursuit tout droit en ignorant la route qui remonte à gauche vers les campagnes. La route s'incurve sur la gauche. On aperçoit très vite un chemin à droite qui, après avoir enjambé la Chinelle, conduit jusqu'au moulin de la Scierie qui date du XVIIIe siècle.

 
15La Vallée de la Chinelle.
 

VALLEE_CHINELLEOn revient alors sur ses pas et, après avoir jeté un coup d'oeil rapide à la saignée des carrières de dolomie, on reprend la rue de la Chinelle vers la gauche pour retourner vers la village. Après être repassé devant la Grotte de Notre-Dame de Lourdes (point 13) et le moulin de la Chinelle (point 12), et plutôt que de remonter immédiatement à gauche vers le village(point 11), on continuera tout droit le long de la vallée pour remonter un peu plus loin par le Tienne des Geneaux que l'on a descendu au début de la promenade (point 3). Après être repassé devant la fontaine Saint-Hadelin, on atteint rapidement l'église Saint-Martin, point de départ de cette promenade.

 

19:40 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : balade, carte |  Facebook |

22/11/2006

Franchimont: la châsse de St Hadelin à Visé

franchimontfranchimont trouvailles

 

RD_BALLDescription de la châsse.

La châsse de St Hadelin, conservée en la collégiale de Visé, est probablement la plus ancienne châsse conservée de la région mosane puisqu'elle date du XIIe siècle. Elle est composée d'une âme en bois verni, d'une longueur totale de 1,50m, recouverte d'argent repoussé et de bronze fondu. Les reliefs des pignons de cette châsse, leurs cadres et leurs inscriptions, proviennent d'ailleurs d'une châsse plus ancienne, c'est-à-dire du XIe siècle, et ont été réutilisés. L'un de ces pignons représente le Christ foulant l'aspic et le basilic et l'autre le Sauveur couronnant saint Hadelin et saint Remacle.

CH_SSE

La châsse de saint Hadelin (XIIe siècle) conservée en la collégiale de Visé: côté gauche représentant le miracle de la source de Franchimont, la guérison d'une femme muette, la résurrection de Guiza et les funérailles de saint Hadelin.

Les côtés de la châsse sont décorés de huit panneaux qui représentent des épisodes de la vie de saint Hadelin, expliqués par une inscription qui figure sur le cadre de chacune des scènes.

Côté droit
PUNAISE_ROUGE
 le songe de saint Hadelin,
 
PUNAISE_ROUGE
 Hadelin reçoit des visiteurs,
 
PUNAISE_ROUGE
 la visite du roi Pépin à Celles,
 
PUNAISE_ROUGE
 la visite de saint Hadelin à saint Remacle à Stavelot.
Côté gauche
PUNAISE_ROUGE
 le miracle de la source de Franchimont, dénommée Fontaine Saint-Hadelin
 
PUNAISE_ROUGE
 la guérison d'une femme muette
 
PUNAISE_ROUGE
 la résurrection de Guiza
 
PUNAISE_ROUGE
 les funérailles de saint Hadelin

Quatre de ces panneaux, dont celui représentant le miracle de la Fontaine Saint-Hadelin de Franchimont, sont l'oeuvre d'un artiste de talent influencé par le style de Renier de Huy: disposition aérée des personnages et représentation vivante et nerveuse. Deux des autres reliefs sont dus à un autre orfèvre dont le style est plus austère, les deux dernières étant d'un style artistique nettement inférieur et encore influencé par le XIe siècle.

RD_BALLHistoire de la châsse.

La châsse contenant les précieux restes de saint Hadelin, mort en 690, était conservée dans la collégiale de Celles qu'il avait fondée. Elle quitta ce lieu dans la première moitié du XIVè siècle lorsque le chapitre fut transféré à Visé.

Lors de son transfert, les chanoines déposèrent la châsse dans l'église cathédrale Saint-Lambert à Liège où elle fut visitée par l'évêque Adolphe de la Marck. Le corps du saint était alors en parfait état encore entier, à l'exception d'un bras qui avait été transporté à l'abbaye de Stavelot. Le 11 octobre 1338, la châsse fut transportée et déposée dans l'église paroissiale de Visé.

Une seconde visite de la châsse fut réalisée par le chapitre de Visé le 26 octobre 1413. La tête du saint fut alors retirée et enchâssée dans un buste particulier.

Le 26 novembre 1467, la châsse de saint Hadelin fut transportée dans la forteresse d'Argenteau par les chanoines de Visé afin de la soustraire à la rapacité du duc de Bourgogne, Charles le Téméraire, alors en guerre contre les Liégeois. Après la prise du château-fort, le duc fit transporter le reliquaire à Liège, dans l'église des Dominicains (église des frères pêcheurs).

Guy de Humbercourt, gouverneur de Liège, fit rouvrir la châsse pour y soustraire quelques morceaux de vêtement et l'os de l'avant-bras. Ces reliques furent déposées à la cathédrale Saint-Lambert et au couvent des Dominicains et la châsse rendue aux chanoines de Visé.

En 1675, lors du démantèlement des fortifications visétoises par la garnison de Maastricht, les chanoines se réfugièrent à Liège et déposèrent les reliques de saint Hadelin en l'église Saint-Barthélemy.

La châsse retourna ensuite à Visé pour revenir une quatrième fois à Liège afin que le chapitre de la cathédrale Saint-Lambert puisse y soustraire quelques reliques à l'intention de l'abbé d'Orval qui réédifiait le monastère de Cugnon, fondé autrefois par saint Hadelin.

En 1794, lors de l'occupation française, les ossements contenus dans la châsse furent cachés par le chanoine du chapitre de Visé. Ils y furent replacés en 1804 après le rétablissement du culte. La dernière visite de la châsse a eu lieu le 7 septembre 1845 par le vicaire-général du diocèse.

22:00 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : trouvaille, saint, objet de culte |  Facebook |

Franchimont: économie d'hier et d'aujourd'hui.

franchimontfranchimont economie
 

RD_BALLAgriculture et élevage.

Malgré les terres assez médiocres, Franchimont s'est adonné très longtemps à l'agriculture, principalement l'épeautre et l'avoine, et à l'élevage du mouton.

Aujourd'hui, suite aux transformations de l'agriculture et à une diminution importante de la main d'oeuvre, les cultures ont fait place à une extension des pâturages et l'élevage des bovidés à supplanté celui des moutons.

RD_BALLCarrières.

Le marbre rouge, veiné de bleu et de blanc, est exploité dans les carrières de la localité depuis au moins le XVIIIe siècle. Ce marbre était utilisé dans la décoration de nombreux monuments, essentiellement en France, mais il figure également dans la rosace de marbres belges qui décore le salon de l'Etoile du palais de Charles de Lorraine à Bruxelles. L'échantillon représenté est celui de marbre rouge royal, légèrement orangé, avec des veines grises et blanches.

Aujourd'hui, on exploite toujours le marbre et la dolomie à Franchimont.

PUNAISE_ROUGE
AgricultureEpeautre, avoine.
PUNAISE_ROUGE
ElevageMoutons, bovidés.
PUNAISE_ROUGE
ExploitationExtraction de sable (XIXe siècle)
Carrières de marbre rouge et bleu et de dolomie (XIXe et XXe siècles)
PUNAISE_ROUGE
IndustriesMarbrerie (XIXe et XXe siècle, 14 emplois en 1896)
PUNAISE_ROUGE
DiversMoulins à eau farinier et marbrier (XIXe et XXe siècles)

RD_BALLScierie de marbre.

SCIERIE_MARBRE
 
De nombreuses exploitations de marbre ont vu le jour dans la région dès le XVIIIè siècle et peut-être même avant. En 1880, l'arrondissement de Philippeville comptait ainsi  12 exploitations en activité dans lesquelles le travail était encore essentiellement manuel. La plupart de ces carrières ont cessé leurs activités dans l'entre-deux guerres.

La société florennoise Berthe exploite à Franchimont la scierie-marbrerie de l'ancienne carrière de Rochefontaine: les ouvriers pratiquent encore le sciage, la taille et le polissage du marbre et de la pierre. Néanmoins, le marbre n'est plus extrait à Franchimont.

RD_BALLExploitation de la dolomie.

DOLOMIE
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La dolomie est du carbonate de calcium et de magnésium. Elle fut exploitée de tous temps, notamment pour le rechargement des chemins et l'aménagement des cimetières. Dans la région, elle servit très tôt à l'amendement des terres schisteuses de la Fagne, la dolomie entrant toujours actuellement dans la fabrication de certains engrais minéraux.

L'exploitation industrielle dans la région put démarrer grâce à l'installation de la voie ferrée desservant Villers-le-Gambon et Merlemont.

La dolomie était ainsi "frittée" sur place et envoyée vers les usines métallurgiques belges et françaises où elle servait à la fabrication des briques dolomitiques qui revêtent les fours des aciéries.

L'exploitation industrielle fut rendue possible par la mécanisation des chantiers. Vers 1980, le programme d'extraction prévoyait 300.000 à 400.000 tonnes de dolomies par an.

(Photos: Olivier Rayp)

21:45 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : economie, agriculture, elevage, carriere, marbre |  Facebook |

19/11/2006

Franchimont: les moulins.

RD_BALLMoulin de la Chinelle - XVIIIe siècle.

Rue de la Chinelle, n°6 (à droite)

MOULINCet ancien moulin et scierie de marbre, situé un peu à l'écart du village, a été construit au bord de la Chinelle au XVIIIe siècle mais a subi très tôt des transformations qui sont visibles dans les baies.

La roue de ce moulin se trouvait dans le pignon à rue. Elle a été enlevée au cours de la dernière guerre. Les vannes, le bief d'amont et la dérivation de la Chinelle sont encore visibles à gauche du n°6 de la même rue.

Les angles du bâtiment sont renforcés par des pierres disposées en alternance et qui forment des chaînes d'angle. La haute toiture à coyau et croupette est surmontée d'une girouette.

Au XVIIIe siècle, une annexe sous appentis a été greffée à l'arrière du bâtiment principal.

RD_BALLMoulin de la Scierie - 1763.

Rue de la Chinelle, n°2.

MOULIN1763_02

Situé au creux de la vallée de la Chinelle, à l'est et en contrebas des carrières de marbre, ce moulin est une ancienne scierie de marbre datée de 1763 et qui a cessé toutes ses activités en 1908. Les deux bâtiments qui le composent, implantés perpendiculairement, sont bâtis en moellons de calcaire asisés.

Au centre du volume principal, on remarque une grande porte en marbre rose avec un linteau bombé avec clé gravée du millésime de la construction du bâtiment. Un peu plus bas, la traverse droite encastrée porte la même date. L'imposte de cette baie est fermée par un châssis à petits bois qui semble d'origine.

MOULIN1763_MILLESIMEDe part et d'autre de cette grande porte se trouvaient jadis deux fenêtres à linteau bombé: celles de gauche ont disparu lors du percement de l'ouverture d'un garage; à droite l'une des fenêtres a été transformée en porte mais a gardé, dans sa partie supérieure, le châssis à petit bois sans doute d'origine.

L'étage était éclairé par sept baies identiques. La baie centrale a été obturée. Au-dessus, on remarque des ancres en forme de I. La corniche en pierre est surmontée de la toiture à coyau et à croupettes, percée de trois lucarnes à croupe. Dans la pièce gauche de l'étage se trouve une cheminée Louis XV en marbre.

A droite de ce volume principal, on remarque une dépendance qui servait de forge et qui est sans doute un peu postérieure. Comme le volume principal, cette dépendance s'ouvre par une grande porte centrale, actuellement partiellement obturée, encadrée de deux fenêtres. La toiture est à coyau et, dans le pignon, on peut voir une autre porte à linteau bombé à clé.

SCIERIE_CHINELLELe bief amenant l'eau de la Chinelle passait à l'intérieur du bâtiment situé à l'arrière, perpendiculairement au volume principal, partiellement enterré et probablement surbaissé. C'est dans ce bâtiment que se trouvait la roue hydraulique. Les ouvertures de ce bâtiment sont à linteau bombé et clé; certaines de ces ouvertures ont été remaniées. Une porte subsiste au niveau de l'étage.

10:53 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : patrimoine, moulin |  Facebook |

Franchimont: habitat.

franchimontfranchimont patrimoine
 

RD_BALLRue de Florennes.

N°84 - XVIIe siècle.

806_84Logis traditionnel à double corps et deux niveaux, daté de la première moitié du XVIIe siècle. Ce logis est entouré d'un jardin qui était jadis clôturé par un haut mur. La façade de cet immeuble est traitée de manière tout à fait traditionnelle puisque les moellons de calcaire sont chaulés sur une base goudronnée. Porte à linteau droit et, au-dessus, baie à linteau droit sans doute agrandie; de part et d'autre, une travée de fenêtres. Au sommet de la façade, la frise de brique a été refaite après la première guerre mondiale, en même temps que la toiture.

R_DE_FLORENNES_84A droite, aile d'étables du début du XIXe siècle: trois portes à linteau droit surmontées de baies en plein cintre du fenil. Deux fentes de lumière d'origine. Les autres ouvertures sont du XXe siècle.

Photos vers 1980 et en 1999 ( "Le Patrimoine Monumental de la Belgique"et LD)

RD_BALLRue des Tanneurs.

N°66 (en face) - XIXe siècle.

807_66Grange en long du début du XIXe siècle avec un grand portail surbaissé renforcé en sa partie droite par un contrefort. Partie refaite au XXe siècle.

 

R_DES_TANNEURS_FACE_66A l'est de cette grange, une ancienne dépendance a été transformée en habitation.

 

 

Photos: "Le Patrimoine Monumental de la Belgique"et LD

10:40 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : patrimoine, habitat |  Facebook |

18/11/2006

Franchimont: la Fontaine Saint-Hadelin.

franchimontfranchimont patrimoine
 
 
FONTAINE

La fontaine Saint-Hadelin,  située rue des Tanneurs, un peu en contrebas de l'église Saint-Martin, est une source naturelle aménagée en pierre calcaire.

Selon la légende, c'est à cet endroit qu'au VIIe siècle, au cours d'une grande sécheresse, saint Hadelin fit jaillir une source en enfonçant son bâton dans le sol. Cette légende, rapportée également par Roger Foulon, est représentée sur la châsse de St Hadelin qui se trouve dans la collégiale de Visé.

A droite d'une potale dédiée au saint, deux abreuvoirs indépendants en pierre sont adossés l'un à l'autre et permettaient jadis au bétail d'étancher sa soif lors de son trajet entre la ferme et les pâtures.

Actuellement, l'eau n'est plus considérée comme potable, mais elle est toujours réputée pour être souveraine en cas de rhumatisme.

La bénédiction de la fontaine a lieu au mois d'août.

18:18 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : patrimoine, fontaine, saint |  Facebook |

Franchimont: l'église St-Martin.

franchimontfranchimont patrimoine
 

RD_BALLArchitecture.

EGLISE01
L'église Saint-Martin de Franchimont.

L'ancienne église de Franchimont se trouvait jadis à la pointe du promontoire où se dresse le village.

L'église actuelle, construite à un nouvel emplacement, est un sobre édifice de calcaire, de style néo-roman, d'inspiration mosane. Elle est datée de 1875 par un millésime figurant sur le portail et dédiée àsaint Martin.

L'intérieur fut restauré en 1971 par Louis-Marie Mondot.

EGLISE_MONUMENTA droite du portail se dresse un monument commémoratif à "NOS HEROS ET MARTYRS" des guerres 1914-1918 et 1940-1945. Sur la face avant de ce monument, on peut lire l'inscription:

GUSTAVE NICOLAS
SOLTAL (ALLEMAGNE)
LE 18 - 6 - 1945
JULES ARNOULD
KAMME LE 10 - 5 - 1940
GUY MARTINET
SOLDAT FRANCAIS
LE 13 - 5 - 1940

Sur la face gauche, on lit:

FUSILLES
LE 25 AOUT 1914
ALZIR ANCIAUX
DESIRE SOIEUR
EMILE DEMUELDRE
JULES PIRSON

Et sur la face gauche:

VICTIMES CIVILES
JULES GILLAUX
LA CAPELLE FRANCE
LE 10 - 5 - 1940
JULES GILLAUX
SAUTOUR
LE 16 - 5 1940
 

RD_BALLMobilier et objets de culte.

XIIIè siècle.
PUNAISE_ROUGE

Dans le fond de l'église, pierre tombale du XIIIe siècle, fort usée.
XVIIè siècle
PUNAISE_ROUGE
Autels en bois polychrome et marbré.
 
PUNAISE_ROUGE
Reliquaire de St Hadelin en argent, daté de 1659 d'après une inscription.
 
PUNAISE_ROUGE
Chandeliers baroques, en laiton coulé.
XVIIIè siècle
PUNAISE_ROUGE
Couronnes et globe crucifère en argent pour la statue de la Vierge à l'Enfant.
XIXè siècle
PUNAISE_ROUGE
Fonts baptismaux en marbre, datés de 1851 d'après une inscription.
 
PUNAISE_ROUGE
Statue de St Hadelin, en bois plâtré polychrome, de la fin du XIXème siècle, constituant le retable de l'autel droit, de style Louis XV.
 
PUNAISE_ROUGE
Ciboire en argent avec poinçons hollandais (1814-1831).
 
PUNAISE_ROUGE
Chandeliers, en laiton, du XIXème siècle, avec poinçons représentant St Michel terrassant le dragon, St Joseph, la Vierge et Jésus.
 
PUNAISE_ROUGE
Confessional.

18:10 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : patrimoine, eglise, monument, objet de culte, mobilier |  Facebook |