18/11/2006

Franchimont: vie de saint Martin.

 franchimontfranchimont traditions
 
stmartin

Statue de saint Martin dans l'église de Tamines.

Saint Martin, patron de la paroisse et de l'église de Franchimont, naquit en Pannonie aux confins des années 316 et 317, dans cette ancienne contrée d'Europe centrale, située entre le Danube et l'Illyrie, comprise entre les Alpes orientales et les Carpates, et qui avait été soumise aux Romains de 35 avant J.-C. à 95 après J.-C.

Le célèbre apôtre des Gaules était le fils d'un officier de la cavalerie romaine, mais personne ne peut dire avec exactitude aujourd'hui de quelle race il était exactement. Lorsque son père termina sa carrière militaire, il reçut quelques lopins de terre dans la région de Pavie, en Italie et c'est là que Martin fut élevé.

A l'âge de dix ans, Martin se présenta de sa propre initiative pour recevoir l'enseignement de l'Eglise chrétienne qui se trouvait alors dans les premières années qui suivaient les persécutions. Mais les parents de Martin étaient restés païens et, alors que le jeune homme ne rêvait que de vie monastique, son père l'inscrivit de force sur le rôle des cavaliers de l'armée.

C'est au cours du passage de sa cohorte romaine dans les environs d'Amiens où il fut sans doute baptisé en 339 que se situe la plus populaire anecdote de la vie de saint Martin. A l'âge de dix-huit ans, alors qu'il faisait route à cheval, il rencontra un mendiant, pauvrement vêtu dans le froid hivernal, et, dégainant son épée, tailla en deux sa cape pour en donner la moitié au pauvre.

Ce geste de couper une cape en deux parties pour n'en donner que la moitié peut évidemment paraître curieux pour un chrétien, mais il faut savoir que tout militaire romain devait payer la moitié de son uniforme. L'autre moitié restant propriété de la cavalerie, il est bien évident que saint Martin ne pouvait s'en défaire, au risque d'être accusé de détourner les deniers publics. Il est bien évident que ce geste, répondant aux principes qu'il avait appris dans l'évangile, était aussi en quelque sorte une manière de tourner en dérision les principes militaires auxquels il était astreint contre son gré.

A quarante ans, après s'être affranchi avec difficulté de ses obligations militaires, saint Martin se rendit à Poitiers où il rencontra probablement pour la première fois saint Hilaire, évêque du lieu. Saint Hilaire lui proposa de l'incorporer dans son clergé en l'ordonnant sous-diacre, mais Martin, par humilité, n'accepta que le plus bas des ordres mineurs, celui d'exorciste.

Après avoir reçu en songe l'ordre du ciel d'aller convertir sa patrie d'origine où ses parents étaient retournés, saint Martin retourna en Pannonie où il convertit sa mère, son père prétendant rester païen.

De retour à Poitiers, il fonda le premier monastère des Gaules à Ligugé, lieu situé à quelques kilomètres au sud de Poitiers, sur le Clain. Il se consacra dès lors à la vie monastique sur les terres que lui avait sans doute cédé l'évêque Hilaire. Ordonné prêtre, il fut alors pratiquement kidnappé par les chrétiens de Tours qui voulaient en faire leur évêque, sans tenir compte des difficultés canoniques que posaient le choix d'un militaire converti. C'est ainsi qu'il fut sacré évêque le 4 juillet 371.

Essayant de fuir les apparats de sa nouvelle charge, il fonda le monastère de Marmoutiers, à quelques kilomètres de Tours, où il se retira dans une cabane exiguë, entouré de ses quatre-vingt frères.

Malgré son attrait pour la vie monastique, saint Martin fut un grand voyageur: il parcourut les campagnes, lutta contre les superstitions et établit de nouvelles paroisses rurales. Il se rendit ainsi plusieurs fois à Trèves pour y rencontrer l'empereur et y séjourna quelques temps. En 385 ou 386, il passa par le Luxembourg et, étant donné les nombre important d'églises qui lui sont dédiées en Wallonie (on en a dénombré 235) et le rayonnement qu'il a chez nous, on peut supposer qu'il est peut-être passé dans nos régions.

Lorsqu'il mourut en 397, la dépouille de saint Martin fut ramenées à Tours où on éleva une modeste basilique remplacée bientôt par une église romane puis une église gothique. La crypte où reposaient ses reliques reçut la visite de Clovis, Charlemagne, Philippe-Auguste, saint Louis, Henri IV, Louis XIV, etc... L'abbé Guibert de Gembloux s'y rendit en 1180, 1181, 1186 et 1187 et y inscrivit, sur une paroi, ces deux vers:

Martine par apostolis
vita, fide, miraculis

Saint Martin est fêté le 11 novembre et c'est tout un folklore qui s'est développé autour des feux de la saint Martin, surtout en Rhénanie et à Bonn par exemple, où les enfants passaient de maison en maison pour récolter quelque argent en récompense d'une chansonnette.

17:20 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tradition, saint |  Facebook |

Commentaires

Est-ce correcte: au dernier paragraphe il est ecrit " La crypte ou repose ses reliques recut la VIE de Clovis, Charlemagne,..." S'agit-il de la VIE ou de la VISITE de Clovis, Cjharlemagne,...

Écrit par : Dany | 11/01/2007

Je viens de constater des fautes dans mon commentaire, donc je le recommence. Desolee pour l'absence des accents necessaires: mon clavier est en Anglais.
Merci pour cette belle information qui est un delice a decouvrir.
Y aurait-il une erreur au dernier paragraphe? Il est ecrit " La crypte ou reposaient ses reliques recut la VIE de Clovis, Charlemagne,..." S'agit-il de la VIE,ou de la VISITE de Clovis, Charlemagne,..., ou est-ce une tournure de language?? Great site!

Écrit par : Dany | 11/01/2007

Correction Merci Dany pour cette lecture très attentive: il s'agit bien de "visite" et non de "vie". La correction a été faite.

Écrit par : Luc | 31/01/2007

Les commentaires sont fermés.