18/11/2006

Franchimont: une nécropole sortie de sa réserve.

franchimontfranchimont documents
 

 

Texte de Olivier Rayp

Le Courrier – Vendredi 9 août 1996

 

La réserve naturelle « Ardenne et Gaume » du Tombeau, au nord de Franchimont, s’étend sur près de 4ha. Son intérêt n’est pas uniquement botanique (la flore de cette pelouse sèche, humus sur dolomie, étant semble-t-il de grande valeur). En effet, sur cette colline juste à gauche de la Chinelle, en bordure d’un chemin probablement utilisé dès l’époque romaine, était implantée une nécropole mérovingienne, qui comprenait plus de 200 tombes à proximité d’un bâtiment funéraire. Mérovingien est le nom donné à la première dynastie des rois francs, fondée par Clovis Ier en 511. Le dernier roi mérovingien fut Childéric III, en 743, enfermé dans un monastère par Pépin le Bref, fondateur des Carolingiens.

 

053a tombes mérovingiennes

La nécropole du Tombeau fit l’objet de fouilles dès 1880 par la société archéologique de Namur ; de nouvelles fouilles ont aussi eu lieu de 1968 à 1975 , auxquelles se sont intéressées diverses instances locales et bruxelloises. Certaines tombes avaient toutefois été violées, avant même la première série de recherches.

 

Ce sont les Cercles des Naturalistes de Belgique asbl qui assurent désormais la gestion et l’entretien de la réserve naturelle du Tombeau, tandis que les tombes ont été recouvertes, comme c’est l’usage. Seules les fondations du bâtiment funéraire sont encore visibles. Cet édifice de forme carrée comprenait cinq sépultures : il s’agissait d’un enclos funéraire destiné aux gisants de la famille seigneuriale, datant probablement du VIe siècle.

 

Les 170 tombes contenaient généralement un individu. Taillées dans la roche, les fosses étaient parfois garnies d’un caisson en pierre sèche (le tuf) et recouvertes d’une grosse pierre. L’orientation générale de ces tombes, dans l’axe Nord-Sud (la tête au nord), désigne un rite particulier, montrant l’origine germanique des populations ensevelies.

 

Beaucoup d’objets furent retrouvés lors des deux séries de fouilles : bijoux, vaisselle, vases, poteries, etc. Certains, comme une petite croix en plomb par exemple, témoignent de l’introduction de symboles chrétiens dans la région. Saint Hadelin venait en effet d’arriver… On découvrit aussi de grandes épées, appelées scramasaxes. Enfin, boucles de ceintures, colliers, bagues, bracelets et autres parures, dont certains témoignent de cet art oriental particulier qu’est le damasquinage, tendent à démontrer qu’il s’agissait d’une nécropole pour gens aisés. Par contre, une seconde nécropole mérovingienne retrouvée au Tombois, à l’ouest de Franchimont (aujourd’hui invisible car recouverte par la route) et comportant 123 sépultures, était semble-t-il réservée aux gens moins fortunés. Là, une sépulture d’homme libre y fut mise à jour. Le défunt était entouré d’un armement complet et d’une balance spéciale : s’agissait-il d’un comptable, d’un gérant d’exploitation ? Pourquoi, aussi, ces deux nécropoles quasi contemporaines étaient-elles aussi voisines, mais clairement distinctes et séparées par la Chinelle ? S’agissait-il de deux clans différents, aux activités spécifiques, gardant jalousement leurs prérogatives jusque dans la mort ?  Autant de mystères qui restent à éclaircir…

10:20 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : document, necropole, merovingien |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.