18/11/2006

Franchimont: chronologie

franchimontfranchimont histoire

 

0000

 

Préhistoire.

  Pendant la première époque du fer ou période de Halstatt (IV et Vème siècle avant J.C)., la région de Franchimont est déjà occupée par des populations qui construisent des monuments funéraires au lieu-dit "Famieuse".
    
GOVRNMT1

 

Epoque romaine.

   
    
0007

 

VIIe siècle.

  Franchimont (Mons Francherii) aurait été donnée par l'évêque de Liège à saint Hadelin et à l'abbaye de Celles. La découverte, au XIXème siècle, de nécropoles mérovingiennes et de pièces archéologiques du VIIème siècle portant des symboles chrétiens indiscutables (petite croix de plomb, croix terminant les chaînettes d'une châtelaine), la présence à Franchimont d'une Fontaine Saint-Hadelin, la titulature de l'église à saint Martin et l'histoire paroissiale du village évoquent effectivement la christianisation de Franchimont par saint Hadelin.
    
0008

 

VIIIe siècle.

   
    
0009

 

IXe siècle.

   
   
0010

 

Xe siècle.

   
   
0011

 

XIe siècle.

  Franchimont est mentionné dans la Vita Hadelini, Vie de saint Hadelin, oeuvre d'Hériger de Lobbes.
    
0012

 

XIIe siècle.

   
    
0013

 

XIIIe siècle.

 1289Franchimont et Vilers dépendent de Florennes, fief de Liège. Bien que Franchimont soit considérée comme dépendante de Florennes et donc terre liégeoise, le comte de Namur y exerce des droits seigneuriaux sur "ses" hommes. L'échevinage local applique la coutume de liégeoise.
  1299Le curé de Sart-en-Fagne, Robert de Franchimont, fonde un autel dans l'église. Deux ans plus tard, il est imité par son frère Jean de la Bruyère.
   La dîme appartient aux chanoines du monastère de Celles qui sera transféré à Visé au XIVème siècle.
    
0014

 

XIVe siècle.

  Des conflits de juridiction éclatent entre le doyen et le seigneur de Florennes, son avoué, au sujet de l'exercice des droits seigneuriaux sur la loacalité de Franchimont. A la fin du XIVème siècle, ces conflits se résolvent en faveur du doyen.
    
0015

 

XVe siècle.

 1420Record sur le point de savoir si les gens de Franchimont et d'autres villages de la région doivent ou non monter la garde au château de Florennes. Ce problème est toujours la conséquence des conflits de la fin du siècle précédent.
   Une contestation éclate entre les villageois et les chanoines de Celles-Visé au sujet des droits d'usage dans les taillis.
0016

 

XVIe siècle.

   
   
0017

 

XVIIe siècle.

  La fin du XVIème siècle et l'ensemble du siècle suivant est marqué par les guerres qui ravagèrent Franchimont comme l'ensemble de tous les villages de l'Entre-Sambre-et-Meuse.
  1690Sur ordre du gouverneur de Philippeville et injonction de l'intendant de Hainaut, les villages de Franchimont, Sart-en-Fagne, Villers-en-Fagne, Roly, Matagne, Vodecée, Surice, Villers-le-Gambon doivent fournir les hommes nécessaires à la démolition des fortifications de Sautour. La part contributive des communautés fut fixée à 4 patacons pour Sautour, Surice et Franchimont, à 3 pour Villers-le-Gambon, à 2 pour Villers-en-Fagne et Sart-en-Fagne, à 6 pour les deux Matagne ensemble et à 1 pour Vodecée.
0018

 

XVIIIe siècle.

  L'extraction du marbre rouge, veiné de blanc et de bleu, devient, avec l'agriculture, l'une des principales activités économiques de Franchimont. Ce marbre décorera notamment Le palais de Charles de Lorraine à Bruxelles.
   Lors de la Révolution française, les principales archives seigneuriales relatives à Franchimont sont emportées en Allemagne où elles disparaissent. Cet événement explique que l'histoire de la localité ait laissé peu de trace.
0019

 

XIXe siècle.

 1877
1878
La Société archéologique de Namur fouille les deux nécropoles mérovingiennes du Tombois et de la Colline du Tombeau et met à jour dans chacune de celles-ci un petit monument funéraire en forme de chapelle destiné à recevoir les corps des chefs locaux.
  1875Construction de l'église Saint-Martin en style néo-roman.
0020

 

XXe siècle.

 1914Le 25 août 1914 au soir et le 26 août au matin, les troupes allemandes mettent le feu au village qui paye un lourd tribu au conflit puisque 52 maisons sur les 83 qu'il comptait furent détruites. Quatre civils ont été tués.
  1971Restauration de l'intérieur de l'église Saint-Martin par Louis-Marie Londot.
 

1966
à
1974

Fouilles de la nécropole mérovingienne de la Colline du Tombeau par la société TRES et le cercle Pro Antiqua de Bruxelles.

11:09 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chronologie, histoire |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.