17/11/2006

Franchimont: les nécropoles mérovingiennes

franchimontfranchimont archéologie

 

RD_BALL 320 tombes découvertes au XIXè siècle.

En 1877 et 1878, la Société archéologique de Namur fouille les deux nécropoles mérovingiennes du "Tombois" et de la "Colline du Tombeau" et met à jour de nombreuses tombes mérovingiennes réparties dans les deux cimetières: un peu plus de deux cents tombes dans le cimetière du Tombois et environ cent vingt tombes dans celui de la Colline du Tombeau.

RD_BALL Un monument funéraire chrétien.

tombe

Tombe du cimetière de la Colline du Tombeau avec ses parois et son couvercle en pierre.

Sur chacun des sites, ont également été mises à jour les fondations d'un petit monument rectangulaire interprété à l'époque comme une chapelle "élevée par les francs chrétiens sur les tombes de leurs frères païens". Il s'agissait en fait, plus vraisemblablement, de monuments funéraires destinés à recevoir les corps des chefs locaux. Ces chefs étaient d'ailleurs déjà christianisés puisque les fouilles des tombes ont mis à jour des pièces archéologiques des VIè et  VIIè siècles portant indiscutablement des symboles chrétiens (petite croix pattée en plomb et triple terminaison de la chaînette en forme de croix en bronze). 

RD_BALL Population et activités économiques.

L'orientation de la plupart des tombes dans l'axe nord-sud, tête au nord, coutume relativement fréquente en Namurois, témoigne de coutumes funéraires typiquement germaniques qui sont confirmées par la présence de foyers circulaires à offrandes rituelles et par la décoration rouges des parois de certaines tombes.

Ces populations axaient leurs activités sur la culture en friche tout en conservant des activités militaires qui sont prouvées par le nombre d'armes retrouvées dans les tombes. Ils développèrent également l'élevage et l'artisanat local.

La population locale, de base gallo-romaine, fut peu à peu assimilée à la population germanique qui était propriétaire et gestionnaire des terres. C'est ainsi qu'on les retrouve inhumés à côté de leur maître, à la fois sans doute par honneur autant qu'obligation.

La présence des vestiges d'un monument funéraire témoigne de la présence de familles dirigeantes et d'une aisance matérielle appréciable. Les tombes sans mobilier voisines du monument funéraire caractérisent probablement des inhumations d'ouvriers agricoles qui, ayant adoptés les rites religieux et funéraires de leurs maîtres, eurent le privilège d'être ensevelis à leurs côtés.

monument_funeraire

Monument funéraire du cimetière de la Colline du Tombeau.

Le mobilier funéraire produit localement apporte la preuve que le domaine pourvoyait à ses besoins en équipements, ustensiles, objets utilitaires, nourriture et vêtements par une exploitation de tous les secteurs productifs. Une partie importante de la pyrite extraite sur place permettait des échanges avec le bassin de la Meuse et le nord de la Gaule et l'importation de damasquinures produites par des artisans itinérants, des plaques et boucles de bronze, appliques, accessoires, rouelles, chaînettes, verreries, fibules et céramiques.

La présence des deux nécropoles, séparées seulement par la vallée de la Chinelle, laisse supposer la présence de deux clans familiaux exploitant le même domaine et qui gardaient sans doute chacun jalousement leurs prérogatives.

RD_BALL Objets mis à jour.

Parmi les objets les plus intéressants recueillis lors des premières fouilles de 1877-1878, on peut remarquer:

 
croix_plomb
PUNAISE_ROUGE

Croix pattée: une croix pattée, en plomb, à branches égales, de forme primitive, qui succéda au chrisme ou monogramme de Christ que Constantin avait fait tracer sur son étendard,
 
bagues
PUNAISE_ROUGE

Bagues: des bagues sigillaires qui portent sur leur chaton un monogramme surmonté d'une croix,
 
croix_chatelaine
PUNAISE_ROUGE

Croix en bronze: un très curieux objet en métal qui était fixé à la ceinture d'une femme à l'aide d'une lanière; les trois chaînettes qui en font partie sont terminées par des petites croix en bronze remplaçant des amulettes païennes,
 
broche
PUNAISE_ROUGE

Broche circulaire: une broche circulaire en or sur laquelle un orfèvre a tenté de représenter une monnaie byzantine de la première moitié du VIIIè siècle; on y distingue parfaitement la croix surmontant le globe, image de la puissance impériale.

Photos: LD - Croquis: Pro Antiqua.

Voir aussi dans "Documents": Une nécropole sortie de sa réserve.

19:35 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : merovingien, necropole, archeologie |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.