17/11/2006

Franchimont: le Tombois.

franchimontfranchimont archéologie
 

Le cimetière du Tombois se situait au coeur du village actuel, à l'emplacement de la place du Tombois. Les vestiges des tombes découvertes au XIXè siècle ne sont plus visibles aujourd'hui car elles ont été recouverte par la voirie actuelle.

L'une des tombes de ce cimetière appartenait à un homme libre et contenait son armement complet ainsi qu'une balance destinée à peser des espèces précieuses lors des transactions: le possesseur de cette balance devait occuper la fonction de comptable ou de gérant d'un domaine.

Ce cimetière est surtout connu pour sa tombe n°113 qui contenait un triple gobelet constituant un objet assez curieux.

RD_BALL Un objet curieux provenant du cimetière du Tombois à Franchimont.

triple_gobelet

Le triple gobelet de la tombe 113 au Tombois.

La tombe n°113 du Tombois a livré un vase en poterie noire, de 10 cm de haut et 9 cm de diamètre à l'ouverture dont les deux tuyaux perforés, situés à la base, a longuement intrigué les chercheurs. La forme, la pâte et la teinte de ce gobelet sont tout à fait typiques des vases mérovingiens de la fin du VIè et surtout du VIIè siècle.

En se basant sur les modèles de vases communicants qui existaient à l'époque romaine, les archéologues ont pu déterminer que ce vase à boire faisait partie d'un ensemble de trois gobelets répartis à égale distance sur un même cercle formé par une sorte de roue creuse en terre cuite.

Cet ensemble constitue donc une curiosité de la céramique mérovingienne dont la fonction reste assez difficile à déterminer. Les hypothèses de vases à fleur et de luminaires ont été rejetées de même que celle d'objet rituel car de telles trouvailles n'ont jamais été faites dans les lieux de culte. On se contentera donc d'y voir un vase propre à célébrer la solidarité religieuse, professionnelle ou privée de ceux qui y buvaient: le sentiment symbolique d'union de cet ensemble est renforcé par la forme circulaire de son conduit qui répartit équitablement la boisson dont le niveau reste constant dans chacun des gobelets. Le chiffre trois est à rapprocher des pointes de flèches que l'on retrouve fréquemment par trois dans les tombes. Le chiffre trois a, à l'époque mérovingienne, une valeur mystique liée à la répétition d'intensité symbolisant la puissance surnaturelle.

La présence de l'un de ces gobelets brisé dans une tombe inviolée suggère un bris intentionnel de l'objet, symbolisant la rupture de la solidarité, conséquence de la mort de celui qui l'emporta dans sa tombe.

19:59 Écrit par Lucky Skywalker dans Franchimont | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : merovingien, archeologie, necropole |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.