13/12/2007

Matagne-la-Petite: chronologie

R_AUBERGE_FACE_N10_AUGE [Web]


Matagne-la-Petite: auge fleurie, rue de l'Auberge.

Préhistoire.

 L'occupation du site à la préhistoire est attestée par la découverte archéologique d'une hache de l'Age du Bronze.
    

Epoque romaine.
 L'occupation à l'époque romaine est attestée par la découverte de monnaies romaines  ainsi que de substructions d'une villa romaine et les vestiges d'une très importante fabrique de fer. Un sanctuaire gallo-romain  était érigé dans la plaine d Bieure. .
    
VIIe siècle.   
    
VIIIe siècle.   
    
IXe siècle. 869La localité de Matagne-la-Petite, non différenciée de Matagne-la-Grande et de Matignolles, est citée dans un polyptique de l'abbaye de Lobbes dont elle dépendait.
   
Xe siècle.   
   
XIe siècle.   
    
XIIe siècle. C'est dans un écrit du début du XIIe siècle qu'il est fait mention pour la première fois de la localité d'Ossogne, située à environ 1 km de Matagne, et qui était le siège d'une paroisse dont dépendait Matagne-la-Petite.
  Les deux Matagne entrent dans la terre de Vierves et y seront incluses jusqu'à la fin de l'Ancien Régime.
  A la fin du XIIème siècle, une famille de chevaliers porte le nom de Matagne, mais on ne peut préciser dans lequel des deux Matagne cette famille possédait des biens.
    
XIIIe siècle.   
    
XIVe siècle. 1382Les habitants bénéficient d'une charte de liberté et la localité à son échevinage propre qui applique la coutume de Liège.

Le 13 février 1382 (alias le 25 juillet) une sentence intervient entre les "universités" ou communes de Matagne-la-Grande et Villers-en-Fagne d'une part et les "universités" de  Matagne-la-Petite et Ossogne  d'autre part à propos des aisances et des droits d'usages dans le bois dit Coummagnes, les bois ayant une importance capitale dans l'économie du village. Le bailli, les hommes de fief et les échevins de Couvin jugèrent l'affaire et la sentence définitive fut portée par les échevins de Liège.

    
XVe siècle. 1425Brûlé par Jean de Beauraing, le village d'Ossogne, est abandonné par ses habitants. Il n'en subsistera plus que l'église paroissiale, dénommée aujourd'hui chapelle Saint-Hilaire. 
  1463Anseal de Boussu est seigneur de Matagne. Gérard de Boussu lui succédera. ce dernier est apparenté à Catherine de Boussu, épouse de Jacques de Senzeilles, vicomte d'Ablain (cette dame sera veuve en 1473 de Jehan de Boneffe qu'elle avait épousé en seconde noce).
  1470La crenée (assiette des impôts) de 1470 pour Matagne-la-petite s'élève à 10 livres pour 22 feux.
    
XVIe siècle. 1563Matagne-la-Petite est cité pour la première fois comme dépendance de la terre de Vierves, fief de Liège, mais c'est là une mention sans doute bien tardive. Avant 1563, Matagne-la-Petite était terre liégeoise, mais rien ne prouve qu'elle dépendait déjà de Vierves.
  1563-1567Matagne-la-Petite a le même seigneur que Vierves: les Marotte.
  1567En février 1567, Jean de Hamal, pour obtenir la haute justice de la baronnie de Vierves, cède Treignes, Matignolles, les deux Matagne, Villers-en-Fagne, Oignies et Mesnil.
De 1567 à 1793, les Hamal seront seigneurs de Matagne-la-Petite et de Vierves.
  1572La chasse est strictement réglementée en faveur du seigneur hautain.
  1577La communauté de Matagne-la-Petite vend des aisances et des terres.
 1583Nouvelles ventes d'aisances et de terres.
XVIIe siècle. 1624-1628L'échevinage de Matagne-la-Petite poursuit les sorcières avec beaucoup d'acharnement puisque 15 d'entre elles seront condamnées.
  1631Disparition de l'échevinage et création d'un échevinage unique à Vierves.
  1664Les habitants de Romerée se mettent d'accord avec ceux de Gimnée, Niverlée et Matagne sur leurs droits respectifs.
  1677Difficultés à propos de bois entre les communautés de Matagne-la-Petite et de Romerée.
  1690Sur ordre du gouverneur de Philippeville et injonction de l'intendant de Hainaut, les villages de Franchimont, Sart-en-Fagne, Villers-en-Fagne, Roly, Matagne, Vodecée, Surice, Villers-le-Gambon doivent fournir les hommes nécessaires à la démolition des fortifications de Sautour. La part contributive des communautés fut fixée à 4 patacons pour Sautour, Surice et Franchimont, à 3 pour Villers-le-Gambon, à 2 pour Villers-en-Fagne et Sart-en-Fagne, à 6 pour les deux Matagne ensemble et à 1 pour Vodecée.
    
XVIIIe siècle. 1777Une société fait un contrat avec la communauté pour pouvoir rechercher du minerai de plomb.
  Un incendie ravage la localité et la communauté de Gimnée, secourable, décide d'accorder un arbre à chacun des sinistrés.
  1783A la mort de Philippe-Alphonse de Hamal, seigneur redoutable et tyrannique de Vierves, les habitants de Matagne-la-Petite font un feu de joie  du pavillon de chasse de ce bailli et y brûlent un de ses serviteurs et sa femme, trop zélés partisans du maître, détesté pour sa tyrannie.
  Lors de la Révolution Française, les "maires" de Mazée, Treignes, Gimnée, Doische, Matagne-la-Petite et Romerée prêtent serment devant Delecolle, maire de Givet, surnommé "le tyran de Givet". Ils livrent à la Commission des Grains et des Réquisitions, présidée par le même Delecolle, grain, farine, gros bétail et moutons rassemblés à l'ancien couvent des Récollets et reçoivent en paiement les premiers assignats.
  1793200 fantassins et 50 cavaliers français, venant de Romedenne à la poursuite d'un escadron de "Kaiserlicks" autrichiens arrivent à Matagne-la-Petite. Le château de Matagne est pillé et le mobilier emporté par les troupes du général Sistrier, commandant des forces de Givet, et par la population givetoise qu'il a embrigadé.

Les deux Matagne et Ossogne sont réunis en commune.

  1796Naissance, le 31 mars 1796, de Philippe Buchez  qui fut président de l'Assemblée Constituante en 1848. Philosophe et homme politique, il fut un ardent défenseur de la Restauration.
XIXe siècle. 1820Lors du Traité des Limites du 28 mars 1820, la France rétrocède au royaume des Pays-Bas, nouvellement créé, les communes de Doisches, Gimnée, Matagne-la-Petite, Mazée, Niverlée, Romerée, Treignes et Vaucelles.
  1868Les vestiges d'une importante fabrique de fer de l'époque romaine, situés au lieu dit "Terre à l'ardgint", sont remis en exploitation afin d'en retirer le fer qu'un mazéage incomplet a laissé dans les "crayats des sarrasins".
XXe siècle. 1966Le 12 mai 1966, à l'occasion du seizième centenaire de la mort de saint Hilaire, la commune de Matagne-la-Petite inaugure la rue J.-P. Buchez, fidèle disciple du saint.

17:45 Écrit par Lucky Skywalker dans Matagne-la-Petite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/12/2007

Hermeton-sur-Meuse: cartes postales anciennes

HERMETON_M_ANDRE_01 [Web]


La vallée de l'Hermeton vue du haut d'une colline.

HERMETON_M_ANDRE_02 [Web]

La vallée de l'Hermeton et le moulin d'Hermeton.

HERMETON_PONT_01 [Web]
Le pont Georgine sur l'Hermeton.
HERMETON_VALL_E_01 [Web]
Vue générale de la vallée de l'Hermeton à proximité du pont Georgine.

HERMETON_VALL_E_02 [Web]
L'Hermeton à son arrivée à Hermeton-sur-Meuse.

PONT_01 [Web]
Les ponts sur l'Hermeton peu avant le confluent avec la Meuse.

PONT_02 [Web]
Autre vue de l'Hermeton près de son embouchure.

VALLON [Web]
Les maisons d'Hermeton-sur-Meuse à proximité du confluent de l'Hermeton et de la Meuse.

18:15 Écrit par Lucky Skywalker dans Hermeton-sur-Meuse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : photos, cartes postales |  Facebook |

Matagne-la-Petite: économie de jadis

R_AUBERGE_04 [Web]


Matagne-la-Petite: Rue de l'Auberge.


Agriculture

Emblavements en 1952 (en acres).

Céréales panifiables5596
Céréales secondaires6658
Plantes industrielles-
Racines1146
Fromages verts1901
Potagers59
Prés et pâturages238

Elevage

Cheptel en 1952.

Chevaux59
Bovidés530
Porcs29
Ruches5
Volailles616

Industries

  • Fours à chaux (XIXe siècle)
  • Tissage du lin (XIXe et XXe siècles)

Divers

  • Brasserie (XIXe siècle)

17:45 Écrit par Lucky Skywalker dans Matagne-la-Petite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/12/2007

Hermeton-sur-Meuse: balade au Tienne d'Enfer et dans la vallée de l'Hermeton

BALADE1_2 [Web]

Cette promenade de 8 km sur les sommets et dans la vallée de l'Hermeton demande environ 3 heures en raison de la dénivelée (+/- 150 mètres), de la difficulté de la descente dans la vallée sur un sentier pentu et rocailleux ainsi que des différents ruisseaux, parfois boueux, qu'il y a lieu de traverser à gué au bord de l'Hermeton.

Il est donc prudent d'éviter les jours de pluies ou suivant une période pluvieuse pour effectuer cette promenade. On choisira de préférence l'après-midi: le soleil est alors parallèle à la vallée et éclaire admirablement la rivière, dos aux promeneurs.


1. Ascension vers le plateau.
Départ: place Gustave Champt, le long de la rue de Dinant, près du pont sur l'Hermeton (facilités de parking et cafés à proximité).

VALLON [Web]La plaque qui porte le nom de cette place rappelle que Gustave Champt, né en 1912, a été arrêté la 5.1.1944, interné à Buckenwald et est mort d'épuisement à Sachsenhausen en mai 1945.

De l'autre côté de la rue de Dinant, un impasse longe la rive droite de l'Hermeton et conduit à la maison n°9 au pignon de laquelle une autre plaque commémorative rappelle qu'ici a vécu Eliane Gillet, née le 18.08.1923, victime des nazis au Kommando de Belzig (camp de Ravensbrück), décédée le 04.10.1944.

Franchir le pont sur l'Hermeton en direction de Hastière-Lavaux.

Le garde de corps du pont indique qu'on se trouve ici à 7 km de Givet et à 44 km de Namur. En franchissant le pont, la rue de Dinant devient la chaussée de Givet et on passe de l'ancienne commune de Hermeton-sur-Meuse à celle de Hastière-Lavaux.

Juste après le pont, on remarque à droite, à l'angle de la chaussée de Givet et de la Vieille Route de Givet, une croix en pierre du XVIIIe siècle portant le texte:

HSMCROIX [Web]

ICY AETENIT LE 28 FEURIER 1758
IEAN LAURENT HURIAUD
JEUNE HOMME NATIF DE HASTIERE
AGE DE 43 ANS
REQUIESCAT IN PACE
AMEN

Après avoir franchi le pont sur l'Hermeton, emprunter le premier chemin à gauche qui s'engage dans la vallée de l'Hermeton, puis, tout de suite à droite, le sentier qui grimpe entre deux habitations et porte un balisage de Sentier de Grande Randonnée.

Ce sentier grimpe très rapidement dans un sous-bois et longe, à droite, les clôtures de jardins. Sur la droite, vue vers la vallée de la Meuse.

Le sentier débouche dans une grande courbe d'un chemin. En face, une vaste prairie et un petit château d'eau (réservoir). On emprunte ce chemin sur la gauche en montant le long de la prairie. A droite, vue vers Hastière et Inzemont.

Au bout de la prairie, le sentier pénètre dans le bois et, face à la  falaise d'une ancienne carrière, oblique à angle droit sur la droite. Continuer toujours tout droit (négliger un sentier qui part vers la droite ainsi que les ravins qui remontent sur la gauche) en contemplant la vallée de la Meuse sur la droite, cachée par les frondaisons. Le sentier grimpe en longeant à gauche un bois de sapin puis oblique brusquement en épingle à cheveux sur la gauche pour longer la partie supérieure de ce bois.

L'empierrement de ce sentier laisse supposer un usage assez ancien, peut-être même par des charrois. Certains indices permettent même de supposer qu'il s'agirait ici d'un ancien chemin de St-Jacques de Compostelle qui aurait permis de relier très rapidement l'ancienne abbaye de Brogne à St-Gérard à la vallée de la Meuse.

On rejoint rapidement; sur la droite, une zone de résidences de loisirs. Au moment où le sentier s'incurve vers la droite, on néglige un sentier qui redescend à gauche.


2. Bois des Aujes.

En arrivant sur un chemin macadamisé qui débouche à droite (altitude 220 m), on poursuit toujours tout droit pour passer sous une ligne à haute tension qui plonge à gauche vers la vallée de l'Hermeton pour remonter sur l'autre versant.

Le sentier longe à droite des prairies (vue vers Inzemonts) et à gauche le Bois des Aujes qui plonge vers la vallée de l'Hermeton avant de déboucher sur un chemin macadamisé.


3. Symont.

On emprunte ce chemin macadamisé sur la gauche (celui-ci est toujours balisé comme un Sentier de Grande Randonnée) et, en montant, on traverse une petite zone de résidences de loisirs assez arborée.
Le chemin continue à monter tout droit et débouche au milieu des prairies et des cultures. On arrive ainsi au point culminant dit "Symont" (altitude 235 m).

HSMINZEM [Web]
On a d'ici, sur la droite, une très belle vue vers Inzemonts, la vallée de la Meuse (surtout le versant gauche avec ses rochers) et, derrière nous, la vallée de l'Hermeton. Devant, on aperçoit le bois du Trou de Tasson et, derrière celui-ci, les toitures de la ferme du Bois de Lens (Ferme de Lin). On aperçoit ensuite à gauche la vallée du Trou de Tasson, avec à l'arrière plan le Tienne d'Enfer par lequel on descendra plus tard dans la vallée de l'Hermeton.

On poursuit le long de ce chemin jusqu'à atteindre la route rectiligne venant de Inzemonts et longée par une ligne électrique.


4. Bois de Lens.

A la route de Inzemonts, à hauteur des piliers en ruine d'un ancien bâtiment agricole, on néglige le chemin qui continue tout droit et on oblique à gauche en quittant le Sentier de Grande Randonnée. En se dirigeant vers la Ferme du Bois de Lens, on longe à gauche une zone de résidences de loisirs, dissimulée dans le bois et on néglige le premier chemin privé qui y pénètre sur la gauche.


5. Descente dans la vallée.

A l'extrémité du bois, on découvre sur la droite la ferme du Bois de Lens et, sur la gauche, une ferme plus récente. On descend alors à gauche par un chemin qui longe le bois et on se dirige vers les bâtiments agricoles de la ferme en négligeant un peu plus loin le chemin qui pénètre à gauche dans le bois. On tourne à gauche à angle droit en longeant toujours le bois. La descente vers la vallée de l'Hermeton débute ici, au Tienne d'Enfer.

Le sentier descend en longeant toujours le bois sur la gauche et les cultures sur la droite. Il descend brusquement dans un ravin pour remonter quelques mètres plus loin et poursuivre le long du bois.

A l'angle formé par la lisière du bois, on pénètre dans celui-ci pour descendre très rapidement vers l'Hermeton sur un sentier escarpé formant ligne de crête entre l'Hermeton (à gauche) et le Flinri, l'un de ses petits affluents (à droite).


6. Le Tienne d'Enfer et le Tienne Symont.

On atteint rapidement un petit promontoire rocheux que l'on contourne par la gauche avant d'atteindre un second promontoire plus dégagé.

De ce promontoire, on découvre les versants de la vallée de l'Hermeton et on aperçoit à l'horizon, à gauche, le clocher du village de Blaimont, situé sur le versant de la rive droite de la Meuse et, sur la droite, la ligne à haute tension qui se dirige vers le village de Gochenée. Sur le promontoire entouré de chênes on découvre mousses, fougères et buissons d'airelles.

HSMVAL2 [Web]
On continue la descente de plus en plus raide vers l'Hermeton par ce sentier qui, en période de déboisement, dégage une superbe vue sur la gauche vers le Tienne d'Enfer et le Tienne Symont, entièrement boisés, séparés par le ruisseau du Trou de Tasson. On aperçoit bientôt à gauche le ruisseau de Flinri avant d'atteindre son confluent avec l'Hermeton.

On rejoint ici le sentier qui parcourt la vallée de l'Hermeton et on l'emprunte en tournant à gauche. On restera sur la même rive de l'Hermeton jusqu'à la fin de la promenade. Ce sentier est également balisé en tant que Sentier de Grande Randonnée.

Le sentier grimpe sur la rive de l'Hermeton qu'il domine parfois de plus de 10m de haut: on veillera donc à être très prudent. Plusieurs fois, il faudra enjamber ou contourner de petits troncs d'arbres. Très souvent, on apercevra des rochers cachés sous les versants boisés et qui plongent parfois jusqu'à la rivière en formant des lamelles verticales ou en barrant son court par de gros blocs moussus. C'est ici le domaine privilégié de la truite que l'on apercevra très souvent dans l'eau, surtout en fin d'après-midi, lorsque le soleil, dardant ses rayons parallèlement à la vallée, éclairera jusqu'au fond de la rivière.

On passera à gué, sans difficulté, le ruisseau du Trou de Tasson qui, en amont, forme de petites cascatelles avant le longer, plus loin, dans un passage plus aisé, une petite falaise rocheuse.


7. La vallée de l'Hermeton.

HSMVAL1 [Web]On atteint un rocher qui plonge dans la rivière et qu'il faut escalader par un escalier en madriers de bois vétustes. On redescend de manière abrupte de l'autre côté.

On abandonne quelques instants l'Hermeton duquel on est séparé par un petit bois de jeunes sapins plantés dans les alluvions de la rivière. Le sentier zigzague avant de rejoindre la rivière près d'un grand bloc de pierre qui en barre le cours.

On atteint rapidement un chemin en gravier qui part à droite vers un gué où on peut s'arrêter quelques instants pour un bain de pieds très agréable.

On emprunte le chemin qui, plus loin, plonge de nouveau vers la rivière pour la traverser à gué. Plutôt que de traverser, ce gué, on emprunte le sentier à gauche qui continue le long de la même rive en traversant une plantation de peupliers qui sépare la rivière des versants plantés de sapins.

C'est ici le royaume des écureuils que l'on repère très facilement à leurs cris si caractéristiques. Pour bien les observer, il faut s'immobiliser complètement et patienter quelques instants en observant attentivement ces petits animaux dont les mouvements très rapides succèdent à des phases d'immobilisme presque total.

On aperçoit dans la rivière de grands blocs de pierre taillés ayant sans doute formé jadis un barrage ou une passerelle. D'une enjambée, on saute le ruisseau qui dévale du Bois des Aujes avant de passer sous la ligne à haute tension qui traverse l'Hermeton dans une de ses grandes boucles. Le sentier longe pendant quelques instants un ancien bras de la rivière qui sert de frayère aux truites.


8. Le pont Georgine.

Après avoir longé des rochers en lamelles qui plongent dans l'eau, on arrive au Pont Georgine, situé dans un espace plus dégagé, à un endroit où l'Hermeton décrit une grande boucle.

Le Pont Georgine doit son nom à la propriétaire d'une buvette en bois qui se trouvait jadis à cet endroit, rendez-vous des promeneurs, des chasseurs et des gardes forestiers. D'ici, on découvre parfaitement les versants boisés de la vallée qui dominent celles-ci de plus de 100 m de haut.

GEORGINE [Web]
Après le Pont Georgine, on poursuit son itinéraire le long de ce chemin beaucoup plus aisé qui longe toujours la rive gauche. On atteint bientôt des prairies, parfois plantées de peupliers qui succèdent à des bois de sapins.
Le chemin longe bientôt, sur sa droite, l'ancien bief du moulin d'Hermeton qui sépare celui-ci de grandes prairies où il n'est pas rare d'apercevoir des hérons cendrés.


9. Le moulin d'Hermeton.

MOULIN_AV1 [Web]On atteint le Moulin d'Hermeton, occupé et restauré par la société coopérative "A la Croisée des Chemins".

Après le moulin, on rejoint rapidement la Chaussée de Givet que l'on emprunte à droite pour repasser le pont de l'Hermeton et rejoindre la place Gustave Champt, point de départ de cette balade.

 


Retrouvez cette promenade pédestre sur le blog En balade.

18:30 Écrit par Lucky Skywalker dans Hermeton-sur-Meuse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : balade, promenade, vallee, bois |  Facebook |

Matagne-la-Petite: population

PAYSAGE02 [Web]


L'église de Matagne-la-Petite, à la limite des contreforts de la plaine fagnarde.
 Années

Nombre d'habitants.

1801

240

1815

258

1830

245

1846

285

1857

299

1890

280

1900

200

1910

238

1930

244

1933

245

1957

253

1961

271

1976

222

18:30 Écrit par Lucky Skywalker dans Matagne-la-Petite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/12/2007

Matagne-la-Petite: étymologie

CULOT_BR_L_ [Web]


Le quartier du Culot Brûlé à Matagne-la-Petite.

Mat
serait une racine celtique qui, en breton et en cymrique, signifierait bon. Ainsi, des fermes connues à l'époque romaine auraient porté des noms formés sur cette racine tels que : Matta, Matona, Mato, Matinus, Matina.

IXe siècle

868-869Matagnia
Matagna
Dans une charte de Brogne.

XIe siècle

1079Mathannia Rodolfus (de) Mathannia
  1188MathangeAdam et filius ejus Gerardus de Mathange
  1199MataniaFredericus de Matania

XIIIe siècle

1200MatagniaAlbertus et Fredericus de Matagnia (forme rajeunie par un copiste d'une charte de Brogne datant de 868-869)
  1215Mataigne
Mathan
Nicolaus prepositus de Mataigne
Nicholaus prepositus de Mathan
  1230MatainGilon le prevot de Matain
  1247MatengneMessires Henri de Matengne et Mme Béatrix sa femme
  1259MataingePierot de Matainge

XVe siècle

1420MatangneGérard, seigneur de Ville et de Matangne

18:30 Écrit par Lucky Skywalker dans Matagne-la-Petite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Hermeton-sur-Meuse: croix d'occis de 1758

HSMCROIX [Web]


Croix d'occis de Jean Laurent Huriaud (1758).
Lorsque l'on franchit le pont sur l'Hermeton en venant du centre de Hermeton-sur-Meuse, la rue de Dinant devient la chaussée de Givet et marque ainsi le passage entre l'ancienne commune de Hermeton-sur-Meuse et celle de Hastière-Lavaux.

Juste après le pont, on remarque à droite, à l'angle de la chaussée de Givet et de la Vieille Route de Givet, une croix en pierre du XVIIIe siècle portant le texte:

ICY
AETENIT LE 28 FEURIER 1758
IEAN LAURENT HURIAUD
JEUNE HOMME NATIF DE HASTIERE
AGE DE 43 ANS
REQUIESCAT
IN PACE
AMEN

18:15 Écrit par Lucky Skywalker dans Hermeton-sur-Meuse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : patrimoine, croix |  Facebook |